Plus jamais elles ne picoreront de pain dur

Faut que je vous dise… On a vécu un drame dimanche. La journée avait pourtant parfaitement commencée : notre Petit Paquet nous avait laissé dormir jusqu’à 8h45 (applaudissements et standing ovation pour le P’tit Paquet sivouplé). On s’était ensuite invité à déjeuner chez des copains, on a commencé par repeindre le mur avec du vin (ils ne nous en ont même pas voulu) et on a manger toute la glace en dessert !!! Une bonne journée donc… A part QUE…

Quand on est rentré, on a trouvé dans l’ordre : des plumes un peu partout, un estomac d’un côté (vous n’étiez pas à table ?) et Jennifer, l’une de nos poules, inerte de l’autre côté. Comme on est perspicace, on s’est dit que c’était pas très bon signe ! Josiane quant à elle demeurait  introuvable. Elle avait quand même pris soin de nous laisser des plumes ça et là comme une piste à suivre. J’adore les énigmes, mais là, l’idée de retrouver notre Josy la tronche de travers façon poule au pot prédécoupée, peut-être prémâchée ou prédigérée… J’avoue que j’étais vachement moins enthousiaste, allez savoir pourquoi.

SuperPapa contacte tout de suite les experts briérons pour connaitre leurs pronostiques et leur expertise concernant le potentiel déroulement des faits. Ils ne sont sûrs que d’une chose, ce n’est pas un renard qui a fait le coup, ils sont formels. Un renard aurait été plus direct : il aurait tranché la tête (je sens que vous n’avez plus très faim). Mon sixième sens féminin surdéveloppé me dit que c’est sûrement le chien des voisins. SuperPapa s’arme d’une hache, bien décidé à faire la peau au mangeur de poules (on est campagnard ou on ne l’est pas)… Finalement, il a préféré aller trouver le propriétaire du Jack Russell tueur. Trop de sang avait déjà coulé dans cette histoire. Cinq minutes plus tard il revient : l’enquête est terminée, c’est bien le chien qui s’est attaqué à Jojo et Jenny. Jojo a été achevé par le voisin, il a eu la bonne idée de nous épargner les détails sordides (vous allez pouvoir terminer votre dessert, peinard). Alors voilà, c’est comme ça qu’on a perdu nos deux poules mais qu’on a gagné l’apéro chez les voisins ! Pas sûre que ce soit très équitable, mais force est de constater que nous devrons nous en contenter !

On rigole, on rigole, mais quand même, ces poules, on y était vachement attaché. C’était les deux seules poules au monde à reconnaitre leurs maitres, à nous suivre partout dès qu’on mettait le nez dans le jardin, à se laisser caresser sans broncher par un enfant de moins de deux ans (autant vous dire que les caresses étaient approximatives et ressemblaient plus à du palper rouler). Bref, depuis dimanche, je ne suis que tristesse.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s